Dernier message avant croisiere - Ou sont les femmes
  

Dernier message avant croisiere - Ou sont les femmes

Dhaka, Bangladesh le 04/11/2010

 

Ce matin, nous retournons dans Old Dhaka avec Mohammed, visiter la boutique de son fils. Il est tailleur, et ce sera sans doute l'occasion pour Rene de se refaire une garde-robe.

Nous avons enfin vu ou sont les femmes. Mohammed nous a emmene dans l'atelier de fabrication de vetemets ou travaille son fils. Et la, whaou! Tout um immeuble ou, a chaque etage, se fait  une etape de la fabrication de la chemise. La, les plus jeunes (environ 12 ans) coupent les pieces de tissus. A cote, hommes et femmes, sur des machines a coudre antiques (et chinoises) cousent a la chaine. Plus bas, les chemises sont repassees, etiquettees et ensachees. Les ouvrier(e)s sont ravi(e)s de notre visite. C'est a qui pourra se faire prendre en photo. Le chef d'atelier, lui, est plus nerveux en nous voyant filmer. Mais non, ce n'est pas un enieme reportage choc pour zone interdite... L'ambiance, en tout cas, parait plutot bon enfant (maintenant, entre tourisme et immigration...).

Au retour, nous croisons une manifestation pacifique contre le phenomene de harcelement ont sont victimes les femmes quotidiennement dans la rue.

Cet apres-midi, nous embarquerons pour 4 jours sur un grand bateau pour une croisiere dans les Sundarbans. Les petites embarcations n'etaient pas libres. Mais Guillaume pourra courir plus facilement dans un gros bateau. Il faudra donc attendre un peu pour connaitre nos impressions sur la mangrove, qui a ete classee patrimoine de l'humanite par l'UNESCO. Nous connaissons deja l'un de nos compagnons de voyages: un allemand qui est arrive a l'hotel hier soir.

Petite question technique: toutes nos affaires fragiles (papiers, appareils photos, medicaments...) sont dans des barils etanches, style canoe kayak, et nos sacs sont donc flottants. En effet, a Madagascar, il nous etait arrive une fois de tomber a l'eau en passant d'un gros bateau a une petite embarcation qui a chavire... Heureusement, nous avions des sacs etanches, sinon vous n'auriez jamais vu les photos. D'autre part, les pluies peuvent etre intenses et noyer l'ensemble des affaires. Bien sur, ces precautions sont certainement inutiles!

 

Commentaires

 Mathieu
Faite gaffe que Guillaume ne tombe pas courant sur le
pont

Mat
 Helene
Une interruption, quel dommage! On attendra, mais que René ne se fasse pas pincer les fesses par un tigre cette fois...
 Isabelle
salut les amis ! ça a l'air tèrs sympa tout ça et en tout cas, bien loin de l'idée qu'on se faisait du bangladesh, pays tellement marqué par la misère et la famine. merci pour cette "remise" à jour passionnante. Bises
 Karine
Coucou les voyageurs! Merci beaucoup pour ce petit journal de bord qui nous permet de partager un peu votre voyage. Profitez en bien. Bises de nous 4.



Autres récits de voyage

Autres Recits en Bangladesh