Les Chittagong Hill Tracts
  

Les Chittagong Hill Tracts

Bandarban, Bangladesh le 16/11/2010

 

Apres 3 jours passes a Rangamati, le 1er district des Chittagong Hill Tracts, nous avons quelques news toujours surrealistes a poster.

En tant qu'etrangers, nous devons passer tout d'abord par des check points ou, a chaque fois, le meme rituel s'opere: on descend du bus, on montre notre autorisation, on inscrit nos coordonnes sur un grand gegistre... pendant ce temps, tous les autres passagers du bus nous attendent patiemment (mais ils nous nous detester un peu quand meme...)

D'abord, pour aller dans les zones tribales sur les iles du grand lac Kaptai,  nous trouvons un bateau et un capitaine local, mais il nous faut trouver deux gardes armes pour nous escorter. C'est obligatoire. Sans cette escorte, notre batelier pourrait etre serieusement sanctionne. Nous nous mettons donc a la recherche de la gendarmerie, et devant un fort Vauban basique et muni de drapeaux et de gardes armes, nous pensons avoir trouve notre bonheur. Helas, apres 1/4 h de discussion dans un anglais yaourt tres relatif, nous comprenons enfin que nous sommes a laprison, et que, vraisemblablement, les gardes ont comrpis que nous voulions la visiter avec une esorte en bateau... la communication n'est pas toujours facile ici! Nous attendons le grand chef, qui finit par sortir de sa residence, et sauve par le gong, l'appel a la priere l'eloigne de nous.

Nous finissons par visiter nos iles, en commencant par un grand temple boudhiste a leur d'une ceremonie. Tres beau spectacle, tres zen, et qui rend la presence de nos gardes d'autant plus incongrue et totalement incomprehensible pour nous.

En fin de journe, nous debarquons, remercions nos policiers qui, helas, ne veulent plus nous quitter. Ils ont pour mission de nous ramener a l'hotel, et nous auront beau faire, nous sommes en liberte surveillee. Mais une fois a l'hotel, leur missions etant finie, ils nous disent qu'on pourra repartir ou l'on veut, apres avoir signe un bon de decharge! Ah, la derive securitaire... En tout cas, pas un moustique (ni un loustic) n'aurait pu nous nuire! Ils tiennent vraiment a leurs rares touristes.

Nous souhaitions prendre le bus le 14 nov, mais nous avons du affronter notre premiere greve blangladaise... nous somems donc restes a Rangamati un jour de plus ( en utilisant l'ambulance locale comme taxi personnel)

Nous sommes maintenant a Bandarban (le 2nd district), dans un superbe resort dans la foret. Et demain se tiendront a la fois la fete de l'Aid et le marche tribal. Ca promet de l'ambiance!

 

 

 

Commentaires

 Pflieger-Chakma
Bravo pour le voyage dans ma région natale. Avec des Hommes comme vous la situation des indigènes sera plus connue en
France. Merci pour votre témoignage!

Rémi Pflieger-Chakma.
 Isa
Salut les amis !
Quelques nouvelles de France que nous nous empressons de vous faire partager :
- le repas gastronomique français vient d'être classé au patrimoine de l'unesco
- nous avons changé de gouvernement, tout va désormais aller pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Vous pouvez rentrer !!! mais si vous pouviez jeter un oeil sur votre boite mail avant...
a bientot bises,
Isa



Autres récits de voyage

Autres Recits en Bangladesh