Chittagong, ville etonnante
  

Chittagong, ville etonnante

Chittagong Division, Bangladesh le 11/11/2010

 

Decidement, Chittagong nous a reserve bien des surprises.

Ce matin, a l'aube, nous avons visite les ruelles de la vieille ville. Nous avons decouvert un incroyable marche a ciel ouvert, ravitaille par des ruelles totalement encombrees de porteurs de paquets, de bicyclettes, de pousseurs de chariots remplis de ballots de coriandres et autres herbes fraiches... Le spectacle etait tout bonnement surrealiste, d'autant que, dans cette cohue indescriptible, un agent de police sifflait... tentant de reguler le traffic humain avec une totale inefficacite apparente.

Tout aussi surrealiste, l'aide du Directeur des affaires portuaires et douanieres qui, nous voyant errer dans la gare en quete d'un eventuel billet de retour sur Dhaka, nous amene dans le bureau du Directeur de la gare et negocie un passe droit pour acheter un billet avant la mise en vente officielle. Mais de toute evidence, tout est deja archi plein (dans 5 jours, c'est la fete de l'Aid el Kebir, et dans ce pays musulman, tout s'arrete, et tout le monde se retrouve sur les routes pour passer les fetes en famille). Qu'a cela ne tienne, il telephone aussitot a la compagnie aerienne bangladaise, et nous obtient en direct des billets a moitie prix, et de ce fait nous sauve la mise. En retour, il n'accepte aucun remerciement, et paie meme le taxi qu'il affrete pour nous emmener a l'agence chercher les billets. Il nous explique que, lui et ses freres ayant beaucoup voyage, il sait ce que cela implique de se retrouver perdu dans un pays etranger... Grace a des gens comme lui, et les deux autres precedents, notre voyage est ainsi rendu possible dans un pays difficilement accessible aux touristes. Ils le savent, et ont a coeur de remedier aux manques de leur gouvernement.

En fin d'apres midi, nous terminons notre ballade par une visite du port. Et la, Zola nous attendait. Ou tout au moins, l'image qu'on s'en fait, avec ses milliers de dockers qui dechargent a main nue le poisson congele dans les gros bateaux, et les ateliers de nettoyage du sel marin, et ses corteges de jeunes travailleurs. Partout, l'ambiance est sympatique. On nous demande des photos. Les hommes sont ravis de nous montrer leur metier, et nous font rentrer partout a grand renfort de rires.

Demain, depart pour la zone tribale des Chittagong Hill Tracts, avec certainement une rupture des connexions internet pour quelques jours.

 

Commentaires

 Anne bernanose
ça laisse rêveur une telle solidarité ! vous aves décidément une bonne étoile ...
BIses
Anne
 Marie Christine et Philippe
On suit toujours avec grand intérêt votre voyage, et quel voyage ! et quels magnifiques exemple de solidarité... bisous à vous 3 - Marie Christine and Philippe



Autres récits de voyage

Autres Recits en Bangladesh