Premier contact
  

Premier contact

New York, France le 19/08/2010

 

Ce qui est bien, quand on prend son visa à l’avance, c’est que l’Ambassade représente un premier contact avec le pays. C’est fou comme l’agencement des lieux, l’accueil, le comportement des gens y sont révélateurs.

L’ambassade du Bangladesh à Paris est, sur ce point, bien conforme à ce qu'on avait pu glâner à partir des carnets de route d’autres voyageurs.

Cette fois-ci, c'est Claire qui s'y colle. Elle y va mercredi, avec ses petits dossiers tout bien remplis comme ils le disent sur leur site web: le formulaire, les photos, les billets électroniques d'avion, un email de confirmation pour nos 2 premières nuits à Dhaka. 

A l'ambassade: une pièce unique avec un vieux bureau en formica. Claire est la seule femme à attendre (et bien sûr la seule occidentale). Autour d'elle: une petite dizaine de bangladais, qui la regardent en silence. Le responsable lui fait signe de venir au bureau. Elle s'approche. Comme la seconde chaise est déjà occupée par un homme en train de remplir un formulaire, elle reste debout. Elle présente donc nos 3 dossiers, avec 4 ou 5 bangladais autour d'elle, silencieux et visiblement très intéressés. C'est un peu étrange, comme ambiance. Et là, au bout de 10 secondes, le responsable consulaire demande:

- vous avez une assurance médicale?

- Heu, oui, mais je n'ai pas pris de justificatif.

- Vous avez la carte vitale?

- Oui (elle la sort de son sac à main)

- Vous devez en faire la photocopie

- ??? pas possible de faire ça sur place?

- Non, allez faire la photocopie, et revenez.

 

Voilà comment perdre une journée. Parce que, bien sur, autour de l'ambassade, pas de moyen de faire une photocopie (on est au mois d'août...) Claire est donc repartie, et revenue le lendemain.

Donc, le lendemain, rebelotte. Cette fois, les dossiers ont l'air complets, et nous pouvons payer les 150 euros de frais (quand même!) Récupération des visas prévue pour le 27 août.

Un petit détail, à mon avis assez révélateur de la place de la femme dans la société bangladaise: le seul dossier qui a été regardé (et commenté) est celui de René. Pas celui de Claire ou de Guillaume. Sur le reçu figure le numéro de passeport de René, avec un laconique "+2" derrière, et pour le nom: toujours celui de René (nous ne sommes pas mariés), suivi d'un toujours laconique "+ family". La messe est dite: la femme et l'enfant sont de simples accompagnants...

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en France