Saint Jean d'Acre & Cesarea
  

Saint Jean d'Acre & Cesarea

Acre, Israel le 06/05/2012

 
Ce matin, Claire part en goguette toute seule, laissant René plancher sur les problématiques d'un monde en trans à l'université de Netanya.

Direction Acre, avec une voiture louée sur place. Cette petite ville abrite une magnifique forteresse croisée et un dédale de minuscules rues voûtées et tortueuses. La citadelle a également servi de prison, en un temps plus récent, sous la domination anglaise. Étonnamment (ou non), c'est la visite du musée dédié à cette partie de l'histoire qui est soumise au plus de contrôle. Lors de l'a hat du ticket, le passeport de Claire est étudié sous toutes les coutures (tous visas précédents  compris), et le sac fouillé. Il est clair que, pour les Israéliens, ce qui touche à l'histoire de l'indépendance de leur pays est place bien au-dessus de toute considérations archéologique.

À cheminer un peu au hasard des ruelles, on se laisse prendre par l'ambiance intemporelle de la ville. Une promenade sur les remparts qui surplombent la mer donne une vue magnifique sur la baie. Car il ne faut pas oublier qu'Acre à été un port très important. Même Napoléon. Y est passe, c'est tout dire! Mais où n'est-il pas allé, celui-la?

Un délicieux sandwich au falafel avalé dans le souk, et Claire reprend la route du sud vers les vestiges romains de Cesarea.
Les Israéliens, qui ont décidément l'esprit très pragmatique, on fait de ce lieu de haut intérêt archéologique à la fois un lieu de spectacle (utilisation du cirque romain magnifiquement restauré pour des manifestations en plein air), un musée (explications très complètes et belle mise en valeur des vestiges archéologiques), et un lieu de promenade et de restauration, avec des cafés restaurants face à la mer.
 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Israel